Cotes paris sportifs classiques

Le dossier Cote Bookmaker suit son cours et nous allons désormais parler des cotes paris sportifs classiques. Comment sont-elles fixées ? Quand sont-elles publiées ? Réponse dans les lignes qui suivent.

Cotes paris sportifs classiques

On entend ici par paris sportifs classiques les paris 1X2 et les U/O 2,5 buts (plus ou moins de 2,5 buts). A eux seuls, ils vont déterminer automatiquement (la plupart du temps) les cotes mi-temps, les scores exacts, les handicaps, les autres seuils de buts, et quasiment tous les autres types de paris (hors buteurs et cartons évidemment) du type marque dans les 2 mi-temps, gagne les 2 mi-temps, les doubles chances, les deux équipes qui marquent… Ce sont donc les paris sur lesquels il ne faut pas se planter au moment de fixer les cotes. Comme nous l’avons vu au préalable (Cote Bookmaker – 1e partie), les premières cotes qui vont arriver sur le marché vont donc être un résultat mathématique qui se base sur les statistiques des années précédentes.

Ce ne sont pas forcément les « gros » bookmakers qui entrent à chaque fois en premier sur le marché, beaucoup de bookmakers sont en effet « spécialistes » de telle ou telle ligue. Les autres petites sociétés viennent ensuite s’aligner sur les bookmakers qu’ils pensent judicieux de suivre, grâce à Betradar (une partie sera consacrée uniquement à Betradar plus tard dans ce dossier), ils y adaptent ensuite leur « marge » et le tour est joué. La publication des cotes paris classiques de la plupart des ligues se fait quasiment partout de façon automatique et machinale, les bookmakers publient les cotes envoyées par Betradar afin de ne pas être hors de prix (hors du marché) et c’est pourquoi les cotes des favoris dans les ligues majeures sont sensiblement les mêmes un peu partout sur le net en France.

Cependant il peut arriver que les prix soient complètement différents d’un bookmaker à l’autre, c’est notamment le cas pour certains matchs amicaux opposant une D2 croate à une D2 roumaine par exemple. Ici, c’est tout simplement car chacun des bookmakers a sa propre équipe d’experts et qu’ils évaluent différemment la rencontre selon les informations qu’ils détiennent, nous en reparlerons plus tard quand nous évoquerons les ligues mineures. Pour en revenir aux paris classiques, il faut savoir que le marché asiatique joue un rôle majeur dans la publication des cotes. De très gros parieurs sont régulièrement à l’affût, il serait très dangereux pour ces bookmakers de publier des cotes hors de prix ! Encore une fois, nous éplucherons ce marché asiatique plus tard dans ce dossier, et nous y verrons que certains bookmakers attendent même la publication des seuils sur le marché asiatique avant de les proposer à leurs clients.

Les exceptions des cotes paris classiques

Bien entendu, beaucoup de paramètres n’entrent pas en jeu dans une étude purement mathématique, et il faudra bien entendu inclure ces paramètres au moment de publier les cotes paris sportifs. Que faut-il prendre en compte du côté bookmaker ? Les périodes fastes sur le marché des transferts (Chelsea, puis City, et enfin… le PSG par exemple), les promotions/relégations, les rétrogradations pour raisons judiciaire ou financière (les Rangers cette année), les équipes qui commencent avec des points de pénalité (en Serie A chaque année, ah ces Italiens…) et tout autre phénomène « extra-sportif », comme les huis clos, les licenciements d’entraîneurs, les épidémies de grippe/gastro… Une fois ces facteurs humains ajoutés au côté mathématique, les cotes paris sportifs classiques seront publiées.

Quand sont publiées les cotes paris classiques ?

Ici, à chacun sa politique. Les bookmakers ont les moyens de vous proposer les cotes d’un match plusieurs journées en avance s’ils le souhaitent! Bwin par exemple vous propose de parier sur la 3e journée de Ligue 1 alors que le 1er match n’a lieu qu’un mois plus tard ! Cela permet au bookmaker de se démarquer de la concurrence de façon considérable. Vous allez peut-être vous dire, « oui mais les cotes vont changer et le bookmaker prend un gros risque ? » Pas vraiment, car qui souhaite parier gros sur un match d’une équipe qui a lieu dans 3 semaines avec 2 matchs entre temps ? Pas grand monde. C’est pourquoi ces cotes publiées en avance sont plus souvent un outil marketing qu’autre chose, et ça marche, la preuve on en parle ! Dans la plupart des cas, vous n’aurez que les cotes paris classiques d’une journée sur l’autre, ce qui je trouve est logique compte tenu de tout ce qui peut se passer dans un match: blessure, suspension, crise, en forme, huis clos à venir…

Les cotes des paris classiques sont donc publiées la plupart du temps dès la fin du match précèdent, ou le lendemain s’il se joue en soirée. Plus les cotes sont publiées tôt et mieux c’est, car il nous arrive très souvent de vouloir parier dès la fin d’un match. Bordeaux vient d’étriller Sochaux, vous avez encore le match et le résultat en tête, vous n’avez qu’une envie c’est de jouer Bordeaux la semaine suivante… c’est la réflexion logique de beaucoup trop de parieurs (malheureusement) et quand on connaît les statistiques sur la Ligue 1 et les victoires consécutives, on a de suite envie d’ouvrir son propre bookmaker !

Les cotes des favoris, un outil marketing

Le prix d’un favori est un facteur déterminant quant à la compétitivité d’un site de paris sportifs. Ce sont les paris les plus prisés des parieurs et c’est tout logiquement que nous allons constamment chercher à parier sur la meilleure cote. Il suffit de voir que PMU propose les meilleures cotes des favoris en Premier League (c’est un exemple) pendant quelques semaines pour ensuite en consulter l’offre régulièrement. A l’inverse, des bookmakers qui proposent des cotes de favoris faibles sont ceux qui vont attirer le moins de parieurs et qui prennent le moins de risques. Cela va donc aussi dépendre de la marge proposée, du risque de « payout » (déboursement d’argent, paiement des parieurs) et de la politique de la société.

Puisque le pari sportif n’est pas une science exacte, et que les statistiques peuvent être analysées de différentes manières, il est très compliqué de définir LE bon prix d’un pari classique. Le fait que plusieurs bookmakers soient disponibles en ligne joue en faveur du parieur, car cette course à la compétitivité est notre seule chance d’attraper des cotes encore dignes de ce nom !

Rendez-vous désormais au prochain article de notre dossier Cote Bookmaker, dans lequel nous allons parler des cotes des paris spéciaux (buteurs et cartons).

Cet article vous a plus ? Partagez-le !

Une Réponse pour Cotes paris sportifs classiques

  1. Dixxit dit :

    Salut, article très intéressant.

    Il arrive fréquemment que les cote évoluent entre leur publication et le début de l’évènement, notamment sur Pinacle.
    Si on exclue l’apport d’informations nouvelles (blessures de dernières minutes, composition officielle d’une équipe,…), comment un changement de cotes peut-il se justifier ?

    J’ai deux hypothèses.

    En fonction du nombre de paris enregistrés, la balance se déséquilibre. Afin d’augmenter ses profits, le book décide d’augmenter la marge de la cote « attirante », et par conséquent réduire les autres marges. Dans cette configuraton, est-ce que cette réduction pourrait entrainer volontairement une marge négative ?

    Ma seconde hypothèse serait que le book jongle avec cette balance afin de toujours se retrouver positif. A l’aide d’outils automatisées, il anticiperai les consequences de la variation de cotes.

    Ces deux scénarios sont-il plausibles ?

Laisser un commentaire